Intervention devant la Commission Féminine de Copa-Cogeca

Le 28 février, je suis intervenue devant la Commission féminine du COPA-COGECA, le syndicat européen qui représente les agriculteurs et coopératives agricoles de l’Union Européenne. J’y ai présenté mon projet de rapport sur la nécessité de prévenir et combattre les écarts de pensions de retraite entre les hommes et les femmes, discutée en commission des Droits des Femmes du Parlement européen.

 

Nous avons évoqué les préoccupations du COPA-COGECA concernant les écarts de pensions de retraite dans le secteur agricole, mais aussi toutes les inégalités qui jalonnent le parcours professionnel des agricultrices et qui contribuent à aggraver le problème des écarts de pensions. Force est de constater que le travail des conjointes aidantes est encore insuffisamment reconnu. C’est toute la question du « travail invisible » qui ne donne pas lieu, ou alors très imparfaitement, à reconnaissance, rémunération, et donc, pension de retraite. C’est tout l’objet de mon rapport sur la réduction de ce « Gender Gap in Pensions », dont débat actuellement le Parlement. J’aurai l’occasion d’y revenir. Que le partage des tâches, au sein du foyer familial, demeure inégal, alors que les hommes pourraient y avoir une part plus importante. Que l’autonomisation des agricultrices, tout comme celle des femmes travaillant dans d’autres secteurs d’activité, n’est pas à la hauteur de ce qu’elle pourrait être. Et qu’enfin, la question des inégalités entre les sexes n’est pas assez documentée, alors que des études précises sont absolument nécessaires à la lutte que nous menons afin d’éradiquer ces inégalités.

 

Revenir